Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Aux éditeurs Hetzel Quantin[1].


Paris, 26 février 1880.
Mes chers éditeurs,

C’est aujourd’hui mon jour de naissance : vous souhaitez que ce soit aussi le jour de naissance de votre édition, qui est mon œuvre. Je vous remercie et je vous obéis. Voici, pour vous aider dans votre utile travail, tous mes manuscrits ; faites-en l’usage que vous voudrez, vous y trouverez, je crois, bien des choses qui pourront ne pas vous sembler indifférentes, c’est ma pensée intime et solitaire qui se révèle à chaque instant, et qui me paraît aujourd’hui s’être mise d’avance, à son insu, au pas du mouvement actuel. Vous en jugerez.

Je prie mon cher Paul Meurice de me remplacer dans l’examen et dans le triage de ces manuscrits. Il fera mieux que moi ce qui reste à faire ; il saura mieux que moi ce qui mérite un peu de relief et de lumière. Je me confie à lui pour ce travail ; et puisqu’il y consent, je le prie de continuer dans l’avenir à me remplacer pour résoudre toutes les questions qu’une édition comme la vôtre soulève. Paul Meurice est un poëte qui veut bien accepter cette fonction, surveiller la publication d’un autre poëte. Je lui remets tous mes droits, auxquels il ajoute tous ses dons ; mon texte sous ses yeux me paraîtra meilleur. Pour me satisfaire, il suffira que Paul Meurice ait vu.

Faites, mes honorables et chers éditeurs, faites pour le mieux. Moi, je fais ce que je puis.

Croyez à ma vive cordialité.

Victor Hugo[2].


À Madame Edgar Quinet[3].


[10 mars 1880.]
Madame,

La mort de Baune m’afflige vivement. Croyez à mon vrai chagrin. Je suis de ceux qui vont aussi partir ; mais je n’en ai pas moins au cœur le contre-coup chaque fois qu’un noble soldat de l’idée nous quitte. Baune rejoint Barbès.

Je suis…
V. H.[4]
  1. Premier projet, plus développé, de la lettre publiée en tête de l’édition in-8° Hetzel-Quantin.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Mme Edgar Quinet avait publié un article ému sur Albert Baune dans le Rappel. Elle y rappelait sa vie consacrée à la lutte contre le coup d’état.
  4. Le Rappel, 12 mars 1880.