Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II.djvu/203

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le 17.

Thun à midi. — Délicieuse approche de la ville. Le vieux château. — Visite. — C’est une prison. — Ces exquises tourelles sont des cachots. —

Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II p203.jpg

Soldat entrevu dans l’un, mélancoliquement tourné vers le lac. C’est un meurtrier. — Autre cachot qu’on n’ouvre pas. Grand brigand, dit le sergent en baragouin. — Vue ravissante des tourelles. — Belle charpente et grand toit. — Chant du grand brigand. Doux et grave.

Lac de Thun. — Mont Niesen. — Château de Chadow, admirable.

Le vieil Olibrius, important et sot, accompagné de deux femmes qui paraissent souffrir.

Il aimait Voltaire pour les préjugés qu’il a combattus et la philosophie qu’il a propagée. Il estimait les Jésuites parce qu’ils ont bâti un beau séminaire à Fribourg (vilaine caserne neuve et blanche, par parenthèse, que j’ai vue le lendemain et qui gâte l’aspect gothique et charmant de la ville) ; il adorait Don Carlos parce qu’il défend les vrais principes ; il détestait les jacobins ; il exécrait Buonaparte ; il abominait les romantiques ; il avait horreur de la France parce qu’elle est le pays de tout cela. Tout cet ensemble, soudé par un solide ciment d’idées absurdes, se tenait parfaitement dans la tête de ce bonhomme et poussait des saillies dans sa conversation. Il était du reste patriote suisse, tout en se déclarant lettré classique français, et je l’avais vu écrire cette phrase textuelle sur le livre des voyageurs à l’hôtel de Bellevue : que Dieu conserve notre patrie par tous les ans des pièges périculeuses !

Musique d’omnibus dans le bateau. — Anglais, allemands, suisses.

Ranz des vaches.

Valse allemande.

God save the queen.

Rien pour la France. L’Olibrius le remarque avec satisfaction, puis il se met à déclamer sur Don Carlos en style de Gazette de France avec force horions politiques, vaisseau de l’État, etc., et cela en présence du Niesen qui, vu de flanc et faisant un majestueux obstacle au soleil, redoublait de magnificence en ce moment même.