Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Histoire, tome I.djvu/429

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LOUIS NAPOLÉON est mis hors la loi.

L’état de siège est aboli.

Le suffrage universel est rétabli.

VIVE LA RÉPUBLIQUE !

AUX ARMES ! POUR LA MONTAGNE RÉUNIE, Le délégué,

VICTOR HUGO.

La seconde était ainsi conçue :

HABITANTS DE PARIS

Les gardes nationales et le peuple des départements marchent sur Paris pour vous aider à saisir le TRAÎTRE Louis-Napoléon BONAPARTE.

Pour les représentants du peuple :

VICTOR HUGO, président.

SCHŒLCHER, secrétaire.

Cette dernière affiche, imprimée sur des petits carrés de papier, se répandit, dit un historiographe du coup d’État, à des milliers d’exemplaires.

De leur côté, les malfaiteurs installés dans les hôtels du gouvernement répliquaient par des menaces ; les larges placards blancs, c’est-à-dire officiels, se multipliaient. On lisait dans l’un :

« Nous, préfet de police,

» Arrêtons ce qui suit :

» Art. 1er. – Tout rassemblement est rigoureusement interdit. Il sera immédiatement dissipé par la force.

» Art. 2. – Tout cri séditieux, toute lecture en public, tout affichage d’écrit politique n’émanant pas d’une autorité régulièrement instituée, sont également interdits.

» Art. 3. – Les agents de la force publique veilleront à l’exécution du présent arrêté.

» Fait à la préfecture de police, le 3 décembre 1851. »Le préfet de police,

» DE MAUPAS. » »Vu et approuvé,

» Le ministre de l’intérieur,

» DE MORNY. »