Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ne connaissant lord Byron que d’après ses poëmes, il nous est doux de lui supposer une vie selon son âme et son génie. Comme tous les hommes supérieurs, il a certainement été en proie à la calomnie. Nous n’attribuons qu’à elle les bruits injurieux qui ont si longtemps accompagné l’illustre nom du poëte. D’ailleurs celle que ses torts ont offensée les a sans doute oubliés la première en présence de sa mort. Nous espérons qu’elle lui a pardonné ; car nous sommes de ceux qui ne pensent pas que la haine et la vengeance aient quelque chose à graver sur la pierre d’un tombeau.

Et nous, pardonnons-lui de même ses fautes, ses erreurs, et jusqu’aux ouvrages où il a paru descendre de la double hauteur de son caractère et de son talent ; pardonnons-lui, il est mort si noblement ! il est si bien tombé ! Il semblait là comme un belliqueux représentant de la muse moderne dans la patrie des muses antiques. Généreux auxiliaire de la gloire, de la religion et de la liberté, il avait apporté son épée et sa lyre aux descendants des premiers guerriers et des premiers poëtes ; et déjà le poids de ses lauriers faisait pencher la balance en faveur des malheureux hellènes. Nous lui devons, nous particulièrement, une reconnaissance profonde. Il a prouvé à l’Europe que les poëtes de l’école nouvelle, quoiqu’ils n’adorent plus les dieux de la Grèce païenne, admirent toujours ses héros ; et que, s’ils ont déserté l’Olympe, du moins ils n’ont jamais dit adieu aux Thermopyles.

    tenté avant lui ; car les comparaisons ne sont nullement agréables, comme il a pu l’apprendre de son maître d’écriture. « Quant à ses imitations de la poésie ossianique, nous nous y connaissons si peu que nous risquerions de critiquer du Macpherson tout pur en voulant exprimer notre opinion sur les rapsodies de ce nouvel imitateur… Tout ce que nous pouvons dire, c’est qu’elles ressemblent à du Macpherson, et nous sommes sûr qu’elles sont tout aussi stupides et ennuyeuses que celles de notre compatriote. « Une grande partie du volume est consacrée à immortaliser les occupations de l’auteur pendant son éducation. Nous sommes fâché de donner une mauvaise idée de la psalmodie du collége par la citation de ces stances attiques : (Suit la citation)… « Mais quelque jugement qu’on puisse prononcer sur les poésies du noble mineur, il nous semble que nous devons les prendre comme nous les trouvons et nous en contenter ; car ce sont les dernières que nous recevrons de lui… Qu’il réussisse ou non, il est très peu probable qu’il condescende de nouveau à devenir auteur. Prenons donc ce qui nous est offert et soyons reconnaissants. De quel droit ferions-nous les délicats, pauvres diables que nous sommes ! C’est trop d’honneur pour nous de tant recevoir d’un homme du rang de ce lord. Soyons reconnaissants, nous le répétons, et ajoutons avec le bon Sancho : Que Dieu bénisse celui qui nous donne ! ne regardons pas le cheval à la bouche quand il ne coûte rien. » Lord Byron daigna se venger de ce misérable fatras de lieux communs, thème perpétuel que la médiocrité envieuse reproduit sans cesse contre le génie. Les auteurs de la Revue d’Édimbourg furent contraints de reconnaître son talent sous les coups de son fouet satirique. L’exemple paraît bon à suivre, nous avouerons cependant que nous eussions mieux aimé voir lord Byron garder à leur égard le silence du mépris. Si ce n’eût été le conseil de son intérêt, c’eût été du moins celui de sa dignité. ('Note de l’édition originale.)