Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


physique a tout à fait disparu de ses yeux, que le monde idéal peut lui être manifesté. Il semble que l’exaltation poétique ait quelque chose de trop sublime pour la nature commune de l’homme. L’enfantement du génie ne saurait s’accomplir, si l’âme ne s’est d’abord purifiée de toutes ces préoccupations vulgaires que l’on traîne après soi dans la vie ; car la pensée ne peut prendre des ailes avant d’avoir déposé son fardeau. Voilà sans doute pourquoi l’inspiration ne vient que précédée de la méditation. Chez les juifs, ce peuple dont l’histoire est si féconde en symboles mystérieux, quand le prêtre avait édifié l’autel, il y allumait le feu terrestre, et c’est alors seulement que le rayon divin y descendait du ciel.

Si l’on s’accoutumait à considérer les compositions littéraires sous ce point de vue, la critique prendrait probablement une direction nouvelle ; car il est certain que le véritable poëte, s’il est maître du choix de ses méditations, ne l’est nullement de la nature de ses inspirations. Son génie, qu’il a reçu et qu’il n’a point acquis, le domine le plus souvent ; et il serait singulier et peut-être vrai de dire que l’on est parfois étranger comme homme à ce que l’on a écrit comme poëte. Cette idée paraîtra sans doute paradoxale au premier aperçu. C’est pourtant une question, de savoir jusqu’à quel point le chant appartient à la voix, et la poésie au poëte.

Heureux celui qui sent dans sa pensée cette double puissance de méditation et d’inspiration, qui est le génie ! Quel que soit son siècle, quel que soit son pays, fût-il né au sein des calamités domestiques, fût-il jeté dans un temps de révolutions, ou, ce qui est plus déplorable encore, dans une époque d’indifférence, qu’il se confie à l’avenir ; car si le présent appartient aux autres hommes, l’avenir est à lui. Il est du nombre de ces êtres choisis qui doivent venir à un jour marqué. Tôt ou tard ce jour arrive, et c’est alors que, nourri de pensées et abreuvé d’inspirations, il peut se montrer hardiment à la foule, en répétant le cri sublime du poëte :

Voici mon orient ; peuples, levez les yeux !


V


Si jamais composition littéraire a profondément porté l’empreinte ineffaçable de la méditation et de l’inspiration, c’est le Paradis perdu. Une idée morale, qui touche à la fois aux deux natures de l’homme ; une leçon terrible donnée en vers sublimes ; une des plus hautes vérités de la religion et de la philosophie, développée dans une des plus belles fictions de la poésie ; l’échelle entière de la création parcourue depuis le degré le plus élevé jusqu’au degré le plus bas ; une action qui commence par Jésus et se termine