Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Elle l’étouffé sans pitié. Il faut qu’il ne reste rien de Carthage. Les siècles futurs, ne sauront d’elle que ce qu’il plaira à son implacable rivale. Ils ne distingueront qu’à travers d’épaisses ténèbres cette capitale de l’Afrique, sa civilisation barbare, son gouvernement difforme, sa religion sanglante, son peuple, ses arts, ses monuments gigantesques, ses flottes qui vomissaient le feu grégeois, et cet autre univers connu de ses pilotes, et que l’antiquité romaine nommera dédaigneusement le monde perdu.

Rien n’en restera. Seulement, longtemps après encore, Rome, haletant et comme essoufflée de sa victoire, se recueillera en elle-même, et dira dans une sorte de rêverie profonde : Africa portentosa !

Prenons haleine avec elle ; voilà le grand œuvre accompli. La querelle des deux moitiés de la terre, la voilà décidée. Cette réaction de l’occident sur l’orient, déjà la Grèce l’avait tentée deux fois. Argos avait démoli Troie. Alexandre avait été frapper l’Inde à travers la Perse. Mais les rois grecs n’avaient détruit qu’une ville, qu’un empire. Mais l’aventurier macédonien n’avait fait qu’une trouée dans la vieille Asie, qui s’était promptement refermée sur lui. Pour jouer le rôle de l’Europe dans ce drame immense, pour tuer la civilisation orientale, il fallait plus qu’Achille, il fallait plus qu’Alexandre ; il fallait Rome.

Les esprits qui aiment à sonder les abîmes ne peuvent s’empêcher de se demander ici ce qui serait advenu du genre humain, si Carthage eût triomphé dans cette lutte. Le théâtre de vingt siècles eût été déplacé. Les marchands eussent régné, et non les soldats. L’Europe eût été laissée aux brouillards et aux forêts. Il se serait établi sur la terre quelque chose d’inconnu.

Il n’en pouvait être ainsi. Les sables et le désert réclamaient l’Afrique ; il fallait qu’elle cédât la scène à l’Europe.

A dater de la chute de Carthage, en effet, la civilisation européenne prévaut. Rome prend un accroissement prodigieux ; elle se développe tant, qu’elle commence à se diviser. Conquérante de l’univers connu, quand elle ne peut plus faire la guerre étrangère, elle fait la guerre civile. Comme un vieux chêne, elle s’élargit, mais elle se creuse.

Cependant la civilisation se fixe sur elle. Elle en a été la racine, elle en devient la tige, elle en devient la tête. En vain les Césars, dans la folie de leur pouvoir, veulent casser la ville éternelle et reporter la métropole du monde à l’orient. Ce sont eux qui s’en vont ; la civilisation ne les suit pas, et ils s’en vont à la barbarie. Byzance deviendra Stamboul. Rome restera Rome.

Le Vatican remplace le Capitole ; voilà tout. Tout s’est écroulé de vétusté autour d’elle ; la cité sainte se renouvelle. Elle régnait par la force, la voici qui règne par la croyance, plus forte que la force. Pierre hérite de César.