Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’espace lui manque ici pour répondre à la première de ces deux questions. Ce serait un livre tout entier à faire ; il le fera quelque jour. Des matières si graves veulent être traitées à fond et ne sauraient être utilement abordées dans un avant-propos. Le peu de pages qui nous reste morcellerait la pensée de l’auteur sans profit, car il serait impossible de détacher, pour des proportions si exiguës, rien de fini, d’organisé et de complet d’un bloc d’idées où tout se tient et fait ensemble. De quelque façon que nous nous y prissions, il y aurait toujours des différences latérales sur lesquelles il faudrait s’expliquer, des choses purement affirmées faute de marge pour les démontrer, des préliminaires supposés admis, des conséquences tronquées, d’autres qui se ramifieraient trop à l’étroit ; en un mot, des tangentes et des sécantes dont les extrémités dépasseraient les limites de cette préface.

En attendant qu’il puisse se dérouler complètement et à l’aise dans un écrit spécial, l’auteur croit pouvoir dire dès à présent que, quoique le Journal d’un révolutionnaire de 1830 renferme beaucoup de choses radicalement vraies selon lui, sa pensée politique actuelle est cependant plutôt représentée par les dernières pages du second de ces deux volumes que par les dernières pages du premier. Si jamais, dans ce grand concile des intelligences où se débattent de la presse à la tribune tous les intérêts généraux de la civilisation du dix-neuvième siècle, il avait la parole, lui si petit en présence de choses si grandes, il la prendrait sur l’ordre du jour seulement, et il ne demanderait qu’une chose pour commencer : la substitution des questions sociales aux questions politiques.

Une fois son intention politique ainsi esquissée, il croit pouvoir répondre avec plus de détail aux personnes qui le questionneraient sur son intention littéraire. Ici il peut être plus aisément et plus vite compris ; tout ce qu’il a écrit jusqu’à ce jour sert de commentaire à ses paroles. Qu’on lui permette donc quelques développements sur un sujet plus important qu’on ne le pense communément. Quand on creuse l’art, au premier coup de pioche on entame les questions littéraires, au second, les questions sociales.

L’art est aujourd’hui à un bon point. Les querelles de mots ont fait place à l’examen des choses. Les noms de guerre, les sobriquets de parti n’ont plus de signification pour personne. Ces appellations de classiques et de romantiques, que celui qui écrit ces lignes s’est toujours refusé à prononcer sérieusement, ont disparu de toute conversation sensée aussi complètement que les ubiquitaires et les antipædobaptistes. Or, c’est déjà un grand progrès dans une discussion quand les mots de parti sont hors de combat. Tant qu’on en est à la bataille des mots, il n’y a pas moyen de s’entendre ; c’est une mêlée furieuse, acharnée et aveugle. Cette bataille, qui a si longtemps assourdi notre littérature dans les dernières années de la restauration, est finie aujourd’hui. Le