Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/187

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


voyagé. Il a un recueil de poésies en portefeuille, mais il a de la répugnance à les publier toutes, parce qu’il les trouve trop individuelles. Il a beaucoup goûté ma vie. Je vous dis en passant que - et N- font de mes poésies plus de cas peut-être qu’elles ne méritent. J’en ai plusieurs nouvelles, faites soit à Genève, soit ici. Je suis très lié avec de B-, le fils du poëte, homme d’un esprit élevé. F- fait jouer son P- dans un mois. C’est un drame tout à fait romantique. F- a été au Cap et à la Martinique ; du reste, c’est un homme d’un ton de cabaret. Il a un poëme en portefeuille. On ne peut lui refuser un talent frais et gracieux ; mais il ne faut pas le connaître pour aimer ses poésies. Quel désenchantement ! Je me rappelle que son Pêcheur, avant que V- allât en Russie, nous émut jusqu’aux larmes, et je prêtais à l’auteur quelque chose d’idéal, n’ayant jamais vu ce nom, et le lisant au bas d’un morceau tout rêveur, tout maritime ; j’en faisais un jeune ondin, etc. ; et c’est un mélange de commun et de soldat. V- (que j’ai vu une heure chez -) est un homme de sept pieds. Quand il parle à un honnête homme, son estomac dessine une arcade et ses genoux un triangle. S’il est assis, il se divise en deux pièces qui forment l’angle aigu. Ajoutez qu’il ne dit pas six mots sans un comme ça, qu’il est homme de bon ton de l’ancien régime, et maigre comme un lézard. Il fait peur à contempler. Vous savez qu’il a fait la charmante bluette intitulée Sainte-P-. Il connaît L-. A-, l’historien duelliste, a l’air d’un boucher civilisé. Quelque chose d’âpre, et pourtant d’imposant, le caractérise. Il ne me reste pas de place pour vous parler d’Al-, des V- père et fils, de D- et M-, rédacteurs du G-, et de plusieurs autres littérateurs que je connais. Un mot sur S- : c’est un homme qui me paraît tenir du charlatan, de l’illuminé, du Durand, du Swedenborg, et aussi du vrai poëte. Il a un talent descriptif remarquable. Je n’ai eu qu’une entrevue avec lui ; j’en ai assez. Il est vrai que le tête-à-tête a duré trois heures. Mais il y a trop de crème fouettée dans ce cerveau-là pour que je m’amuse à le faire mousser encore davantage. Je dois être présenté à Benjamin Constant par C-, bon garçon (le rédacteur de la Rev- prot-). Je m’attendais à trouver en C- un grave pasteur, et c’est un étourdi que j’ai trouvé, mais du moins un étourdi d’esprit et de mérite, quoique sans génie. J’aurais encore mille choses intéressantes à vous dire, mais il faut clore ma lettre.

Vos Mélodies ont paru. Jolie édition. Je les ai lues et relues avec charme. Elles ont eu un article dans la R. J’en fais un pour le F. ; je les ai recommandées au G. On en parlera dans la N. Mais il faudrait, pour le succès, des prôneurs que vous n’avez pas. Il s’en vendra peu, je le crains. La poésie est dans un discrédit si complet, qu’il faut être sur les lieux pour en avoir une idée. C’est cent fois pis qu’à Genève, personne ne lit de vers. On en achète