Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fois mal fondée, attache à la lecture de leurs ouvrages. Pour moi, bien que l’historien cosmopolite soit plus grand et plus à mon gré, je ne hais pas l’historien patriote. Le premier est plus selon l’humanité, le second est plus selon la cité. Le conteur domestique d’une nation me charme souvent, même dans sa partialité étroite, et je trouve quelque chose de fier qui me plaît dans ce mot d’un arabe à Hagyage : Je ne sais que des histoires de mon pays.

Voltaire a toujours l’ironie à sa gauche et sous sa main, comme les marquis de son temps ont toujours l’épée au côté. C’est fin, brillant, luisant, poli, joli, c’est monté en or, c’est garni de diamants, mais cela tue.




Il est des convenances de langage qui ne sont révélées à l’écrivain que par l’esprit de nation. Le mot barbares, qui sied à un romain parlant des gaulois, sonnerait mal dans la bouche d’un français. Un historien étranger ne trouverait jamais certaines expressions qui sentent l’homme du pays. Nous disons que Henri IV gouverna son peuple avec une bonté paternelle ; une inscription chinoise, traduite par les jésuites, parle d’un empereur qui régna avec une bonté maternelle. Nuance toute chinoise et toute charmante.




À UN HISTORIEN.


Vos descriptions de batailles sont bien supérieures aux tableaux poudreux et confus, sans perspective, sans dessin et sans couleur, que nous a laissés Mézeray, et aux interminables bulletins du P. Daniel ; toutefois, vous nous permettrez une observation dont nous croyons que vous pourrez profiter dans la suite de votre ouvrage.

Si vous vous êtes rapproché de la manière des anciens, vous ne vous êtes pas encore assez dégagé de la routine des historiens modernes ; vous vous arrêtez trop aux détails, et vous ne vous attachez pas assez à peindre les masses. Que nous importe, en effet, que Brissac ait exécuté une charge contre d’Andelot, que Lanoue ait été renversé de cheval, et que Montpensier ait passé le ruisseau ? La plupart de ces noms, qui apparaissent là pour la première fois dans le cours de l’ouvrage, jettent de la confusion dans un endroit où l’auteur ne saurait être trop clair, et lorsqu’il devrait entraîner l’esprit par une succession rapide de tableaux. Le lecteur s’arrête à chercher