Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Grafigny, arrivée à Cirey en 1738, adresse à son ami M. Devaux, lecteur du roi Stanislas de Pologne, ses réflexions sur les habitants de ce château. M. De vaux, qu’elle appelle dans l’intimité de sa correspondance Pampan et quelquefois Pampichon par un redoublement de tendresse, reçoit ses confidences sur Voltaire et sa marquise, qu’elle désigne par plusieurs sobriquets, tous plus fades les uns que les autres, Atys, ton idole, Dorothée, etc. Elle lui transmet en style niais et précieux un journal détaillé de toutes ses occupations. A-t-elle vu le lever du jour ? elle a assisté à la toilette du soleil. Je suis, dit-elle à M. Devaux, bien jolie de t’écrire, etc., etc. On aurait cependant tort de rejeter tout à fait ce livre ; parmi beaucoup de redites et de détails pleins de mauvais goût, les Lettres de Mme de Grafigny renferment des faits curieux et ignorés ; et les morceaux inédits de Voltaire, qui complètent le volume, suffiraient pour mériter l’attention. Plusieurs de ces cinquante épîtres présentent un haut intérêt ; elles sont adressées presque toutes à des personnages éminents du dernier siècle, tels que les duchesses du Maine et d’Aiguillon, les ducs de Richelieu et de Praslin, le chancelier d’Aguesseau, le président Hénault, etc. Les lettres à la duchesse du Maine en particulier forment une correspondance entièrement inédite et vraiment charmante et curieuse. Il y a encore dans cette collection une épître au pape Benoît XIV, écrite en italien, et signée il devotissimo Voltaire. Cela veut dire le très dévot ou le très dévoué, peut-être l’un et l’autre, et à coup sûr ni l’un ni l’autre. Puisque vous voulez des citations, voici un billet assez joli de forme et de tournure, adressé au comte de Choiseul alors ministre. Vous reconnaîtrez dans ce peu de mots la touche de cet homme toujours plein d’idées neuves et piquantes ; il était difficile d’échapper d’une manière plus originale aux formules banales et cérémonieuses des recommandations de cour.


« Permettez que je vous informe de ce qui vient de m’arriver avec M. Makartney, gentilhomme anglais très jeune et pourtant très sage ; très instruit, mais modeste ; fort riche et fort simple, et qui criera bientôt au parlement mieux qu’un autre. Il m’a nié que vous eussiez des bontés pour moi. Je me suis échauffé, je me suis vanté de votre protection ; il m’a répondu que si je disais vrai, je prendrais la liberté de vous écrire ; j’ai les passions vives. Pardonnez, monseigneur, au zèle, à l’attachement et au profond respect du vieux montagnard. »


Le vieux suisse libre est bon courtisan, comme on voit. Vous retrouverez dans la plupart des autres lettres la gaîté communicative, la vivacité et souvent la témérité de jugement, la flatterie adroite, la raillerie tantôt douce et tantôt mordante, auxquelles on reconnaît la touche inimitable de Voltaire prosateur. Parmi le petit nombre de pièces de vers mêlées aux morceaux