Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/273

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Où, parmi l’églantier, le saule et le glaïeul,
Tu penses voir parfois, errant comme un fantôme,
Ces magiques palais qui naissent sous le chaume,
Dans les beaux contes de l’aïeul.


"Qu’une tour en ruine au flanc de la montagne
Pende, et jette son ombre aux flots d’un lac d’azur.
Le soir, qu’un feu de pâtre, au fond de la campagne,
Comme un ami dont l’œil de loin nous accompagne,
Perce le crépuscule obscur.


"Quand, guidant sur le lac deux rames vagabondes,
Le ciel, dans ce miroir, t’offrira ses tableaux,
Qu’une molle nuée, en déroulant ses ondes,
Montre à tes yeux, baissés sur les vagues profondes,
Des flots se jouant dans les flots.


"Que, visitant parfois une île solitaire
Et des bords ombragés de feuillages mouvants,
Tu puisses, savourant ton exil volontaire,
En silence épier s’il est quelque mystère
Dans le bruit des eaux et des vents.


"Qu’à ton réveil joyeux, les chants des jeunes mères
T’annoncent et l’enfance, et la vie, et le jour.
Qu’un ruisseau passe auprès de tes fleurs éphémères,
Comme entre les doux soins et les tendres chimères
Passent l’espérance et l’amour.


"Qu’il soit dans la contrée un souvenir fidèle
De quelque bon seigneur, de hauteur dépourvu,
Ami de l’indigence et toujours aimé d’elle ;
Et que chaque vieillard le citant pour modèle,
Dise : Vous ne l’avez pas vu !


"Loin du monde surtout mon culte te réclame.
Sois le prophète ardent, qui vit le ciel ouvert,