Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/482

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Su rendre vos travaux moins tristes et plus courts ;
Je vous aurais laissé le soin de vous instruire,
Et ma classe eût offert l’image d’un empire.
Roi, j’aurais dispensé les rangs et les emplois,
J’aurais dit à chacun : cherche à fixer mon choix,
Parmi tes compagnons hâte-toi de paraître,
Sois d’abord leur vainqueur, tu deviendras leur maître.
Alors j’aurais pu voir tous ces jeunes rivaux
Disputer sous mes yeux de zèle et de travaux.
Fier d’un titre conquis, tantôt le plus habile
Guide des moins savants la phalange docile ;
Et tantôt l’ignorant, par un juste retour,
Grâce à lui, prend sa place et l’instruit à son tour.
Ainsi ce roi fameux, vengeur des Scandinaves,
Don Quichotte du nord et neveu des Gustaves,
Qui troubla la Vistule, épouvanta Revel,
Et, grâce au vieux Voltaire, est sûr d’être immortel,
Charle, au plus grand des Czars, son rival dans l’histoire,
À force de le vaincre, enseigna la victoire.
Répondez, mes amis : il doit vous être doux
D’avoir pour seuls mentors des enfants comme vous ;
Leur âge, leur humeur, leurs plaisirs sont les vôtres ;
Et ces vainqueurs d’un jour, demain vaincus par d’autres,
Sont, tour à tour parés de modestes rubans,
Vos égaux dans vos jeux, vos maîtres sur les bancs.
Muets, les yeux fixés sur vos heureux émules,
Vous n’êtes point distraits par la peur des férules ;
Jamais un fouet vengeur, effrayant vos esprits,
Ne vous fait oublier ce qu’ils vous ont appris ;
J’écoute mal un sot qui veut que je le craigne,
Et je sais beaucoup mieux ce qu’un ami m’enseigne.
Ainsi, charmante Eglé, par toi souvent instruit,
De tes douces leçons je recueille le fruit ;
Tantôt, quand le printemps rend aux bosquets leurs ombres,
Nous parcourons tous deux tes jardins déjà sombres ;
Là, botaniste aimable, en me montrant tes fleurs,
Tu m’apprends leurs vertus, leurs races, leurs couleurs,
Et mon coeur, attentif à des leçons si chères,
Retient surtout les noms des fleurs que tu préfères ;