Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/646

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Tout périt, hélas !
Le feu qui foudroie
Bat les ponts qu’il broie,
Crève les toits plats,
Roule, tombe, et brise
Sur la dalle grise
Ses rouges éclats.

Sous chaque étincelle
Grossit et ruisselle
Le feu souverain.
Vermeil et limpide,
Il court plus rapide
Qu’un cheval sans frein ;
Et l’idole infâme,
Croulant dans la flamme,
Tord ses bras d’airain.

Il gronde, il ondule,
Du peuple incrédule
Rompt les tours d’argent ;
Son flot vert et rose,
Que le soufre arrose,
Fait, en les rongeant,
Luire les murailles
Comme les écailles
D’un lézard changeant.

Il fond comme cire
Agate, porphyre,
Pierres du tombeau,
Ploie, ainsi qu’un arbre,
Le géant de marbre
Qu’ils nommaient Nabo,
Et chaque colonne
Brûle et tourbillonne
Comme un grand flambeau !