Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/666

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Pauvre Grèce, qu’elle était belle,
Pour être couchée au tombeau !
Chaque vizir de la rebelle
S’arrachait un sacré lambeau.
Où la fable mit ses ménades,
Où l’amour eut ses sérénades,
Grondaient les sombres canonnades
Sapant les temps du vrai Dieu ;
Le ciel de cette terre aimée
N’avait, sous sa voûte embaumée,
De nuages que la fumée
De toutes ses villes en feu.

Voilà six ans qu’ils l’ont choisie !
Six ans qu’on voyait accourir
L’Afrique au secours de l’Asie
Contre un peuple instruit à mourir.
Ibrahim, que rien ne modère,
Vole de l’Isthme au Belvédère,
Comme un faucon qui n’a plus d’aire,
Comme un loup qui règne au bercail ;
Il court où le butin le tente,
Et lorsqu’il retourne à sa tente,
Chaque fois sa main dégouttante
Jette des têtes au sérail !


III


Enfin ! — C’est Navarin, la ville aux maisons peintes,
La ville aux dômes d’or, la blanche Navarin,
Sur la colline assise entre les térébinthes,
Qui prête son beau golfe aux ardentes étreintes
De deux flottes heurtant leurs carènes d’airain.
Les voilà toutes deux ! — La mer en est chargée,