Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Mais lui, tout ébloui de la flamme éternelle,
Longtemps à sa vue infidèle
La lueur de l’enfer voile l’éclat des cieux.


Peuples, ne doutez pas ! chantez votre victoire.
Un sauveur naît, vêtu de puissance et de gloire ;
Il réunit le glaive et le sceptre en faisceau ;
Des leçons du malheur naîtront nos jours prospères,
Car de soixante rois, ses pères,
Les ombres sans cercueils veillent sur son berceau.


Son nom seul a calmé nos tempêtes civiles ;
Ainsi qu’un bouclier il a ouvert les villes ;
La révolte et la haine ont déserté nos murs.
Tel du jeune lion, qui lui-même s’ignore,
Le premier cri, paisible encore,
Fait de l’antre royal fuir cent monstres impurs.


I



Quel est cet enfant débile
Qu’on porte aux sacrés parvis ?
Toute une foule immobile
Le suit de ses yeux ravis ;
Son front est nu, ses mains tremblent,
Ses pieds, que des nœuds rassemblent,
N’ont point commencé de pas ;
La faiblesse encore l’enchaîne ;
Son regard ne voit qu’à peine
Et sa voix ne parle pas.


C’est un roi parmi les hommes ;
En entrant dans le saint lieu,
Il devient ce que nous sommes :
C’est un homme aux pieds de Dieu.