Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Cet enfant est notre joie ;
Dieu pour sauveur nous l’envoie ;
Sa loi l’abaisse aujourd’hui.
Les rois, qu’arme son tonnerre,
Sont tout par lui sur la terre,
Et ne sont rien devant lui.


Que tout tremble et s’humilie.
L’orgueil mortel parle en vain ;
Le lion royal se plie
Au joug de l’agneau divin.
Le Père, entouré d’étoiles,
Vers l’Enfant, faible et sans voiles,
Descend, sur les vents porté ;
L’Esprit-Saint de feux l’inonde ;
Il n’est encor né qu’au monde,
Qu’il naisse à l’éternité !


Maire, aux rayons modeste,
Heureuse et priant toujours,
Guide les vierges célestes
Vers son vieux temple aux deux tours,
Toutes les saintes armées,
Parmi les soleils semées,
Suivent son char triomphant ;
La Charité les devance,
La Foi brille, et l’Espérance
S’assied près de l’humble Enfant !


I



Jourdain ! te souvient-il de ce qu’ont vu tes rives ?
Naguère un pèlerin près de tes eaux captives
Vint s’asseoir et pleura, pareil en sa ferveur
À ces preux qui jadis, terrible et saint cortège,