Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome IX.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


«Tournant l’horrible scie, en a fait la couronne. 
«Est-il un roi sans deuil, sans trouble et sans remords ? 
«Hélas ! en est-il un qui, s’il va chez les morts, 
«Ne s’entende nommer tout bas dans l’ossuaire ?
«Tout monarque est un pli de l’immense suaire. 
«Les meilleurs font pleurer, saigner, souffrir, crier ;
«Trajan est proscripteur, Titus est meurtrier ; 
«Ces despotes sont hors de la loi naturelle. 
«Et qu’est-ce que pourrait bégayer Marc-Aurèle 
«Entre Octave, l’ancêtre, et Commode, le fils ? 
«Tarquin tient Rome, Thèbe est sous Aménophis, 
«Jean règne sur la neige et Rustem sur les sables, 
«Tous se mêlent dans l’ombre, et tous sont responsables ; 
«On voit tous les mauvais sous les bons transparents, 
«Nuit triste ! le lion et le loup sont parents ; 
«On a le monde j on mange, on rit, on se tutoie 
«Entre vautours, d’un bout à l’autre de la proie ; 
«Mahomet, appelant Hildebrand par son nom, 
«Lui frappe sur l’épaule et lui dit : compagnon ! 
«Ah ! du fauve océan toute goutte est amère. 
«Le Kremlin voit, pendant qu’il tette encor sa mère 
«Poindre un rictus d’hyène au petit Pierre enfant ; 
«Charles-Quint, qui dompta l’Europe en l’étouffant, 
«Boa sombre, a pour fils le livide crotale ; 
«La vieillesse est funèbre et l’enfance est fatale ; 
«O mystère effrayant dés rois infortunés ! 
«Démons quand ils sont morts, monstres dès qu’ils sont nés, 
«Le genre humain les compte en comptant ses supplices, 
«Et de tous leurs cercueils leurs berceaux sont complices. 
«Quand le peuple au gibet s’agite agonisant, 
«Pas un fil de la corde, hélas ! n’est innocent ; 
«Quand le monde est aux fers dans l’affreuse géhenne, 
«Tout chaînon a sa part du crime de la chaîne. 
«Est-il de bons rois ? Non, dit Épictète ; non, 
«Dit Platon ; non, dit Jean à Pathmos, et Zénon 
«Dit : Il est de bons rois comme de bonnes haches. 
«Les abeilles, les lys, les soleils, sont des taches.