Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome IX.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


VARIANTES ET VERS INÉDITS. 79 sacrés sont des clartés sereines

Page 51. Les principes sereins sont de hautes lumières ; Jamais la vérité ne peut être la mort. Dans la Terre promise on ne met point la mort. . . Le plus par idéal Le paradis de Dieu deviendrait haïssable. . .


Page 52. Le progrès n’a plus rien de providentiel Quand au prix d’un enfer il vient m’offrir un ciel , S’il ne peut, sans creuser l’enfer, monter au ciel. MALÉDICTION ET BÉNÉDICTION. Sois punis d’être né. Frémis, l'enfer. Page 53. Satan règne j le mal fait loi ; l’enfer, c’est l’ordre. en qui Satan raisonne et délibère.


Page 54. Caïphe, âme où l’enfer profond se réverbère... EN VOYANT UN PETIT ENFANT. De la chaîne du mal D’une chaîne de deuil nos jours sont les chaînons.


Page 56. De l'enfant qui regarde et s’étonne et nous aime.


Page 57. Est-ce que sa clarté ne devrait pas suffire ouvrir calmer Pour nous rendre cléments et pour dompter nos cœurs ? Non, nous restons ingrats, amers, hautains, moqueurs, confiante Devant la pureté bégayante et sacrée ! Pleins d’orages, devant cette candeur sacrée. UN ÉCHAFAUD. Votre ignorance touche à


Page 60. Vous allez et venez dans l’obscur phénomène ! Ne frémirez-vous pas quand vous avez jeté l'homme épouvanté Et faites-vous subir à cette nudité Un esprit L'effrayant face à face avec l’éternité ? légèrement


Page 61. Malheur si nous faisons soudainement des morts ! mystérieux Comprenez-vous ce mot épouvantable, ailleurs ?