Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome V.djvu/254

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


<poem> Ne vous arrêtez pas. Montez ! montez encore ! Moi je rampe, et j’attends. Du couchant, de l’aurore

Et du sud et du nord,

Tout vient à moi, le fait, l’être, la chose triste, La chose heureuse ; et seul je vis, et seul j’existe,

Puisque je suis la mort.

La ruine est promise à tout ce qui s’élève. Vous ne faites, palais qui croissez comme un rêve.,

Frontons au dur ciment,

Que mettre un peu plus haut mon tas de nourriture, Et que rendre plus grand, par plus d’architecture.

Le sombre écroulement.