Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XI


POST-SCRIPTUM DES RÊVES.


C’était du temps que j’étais jeune ;
Je maigrissais ; rien ne maigrit
Comme cette espèce de jeûne
Qu’on appelle nourrir l’esprit.

J’étais devenu vieux, timide,
Et jaune comme un parchemin,
À l’ombre de la pyramide
Des bouquins de l’esprit humain.

Tous ces tomes que l’âge rogne
Couvraient ma planche et ma cloison.
J’étais parfois comme un ivrogne
Tant je m’emplissais de raison.

Cent bibles encombraient ma table ;
Cent systèmes étaient dedans ;
On eût, par le plus véritable,
Pu se faire arracher les dents.

Un jour que je lisais Jamblique,
Callinique, Augustin, Plotin,
Un nain tout noir à mine oblique
Parut et me dit en latin :

— « Ne va pas plus loin. Jette l’ancre.
Fils, contemple en moi ton ancien.