Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V


Dans le parc froid et superbe,
Rien de vivant ne venait :
On comptait les brins d’une herbe
Comme les mots d’un sonnet.

Plus de danse, plus de ronce ;
Comme tout diminuait !
Le Nôtre fit le quinconce
Et Lulli le menuet.

Les ifs, que l’équerre hébète,
Semblaient porter des rabats ;
La fleur faisait la courbette,
L’arbre mettait chapeau bas.

Pour saluer dans les plaines
Le Phébus sacré dans Reims,
On donnait aux pauvres chênes
Des formes d’alexandrins.

La forêt, tout écourtée,
Avait l’air d’un bois piteux
Qui pousse sous la dictée
De monsieur l’abbé Batteux.