Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



J’assiste aux couples sans nombre,
Au viol, dans le ravin,
De la grande pudeur sombre
Par le grand amour divin.

J’assiste aux fuites rapides
De tous ces baisers charmants.
L’onde a des cœurs dans ses rides ;
Les souffles sont des amants.

Cette allégresse est sacrée,
Et la nature la veut.
On croit finir, et l’on crée.
On est libre, et c’est le nœud.

J’ai pour jardinier la pluie,
L’ouragan pour émondeur ;
Je suis grand sous Dieu ; j’essuie
Ma cime à la profondeur.

L’hiver froid est sans rosée ;
Mais, quand vient avril vermeil,
Je sens la molle pesée
Du printemps sur mon sommeil.

Je la sens mieux, étant libre.
J’ai ma part d’immensité.
La rentrée en équilibre,
Ami, c’est la liberté.

Je suis, sous le ciel qui brille,
Pour la reprise des droits
De la forêt sur la grille,
Et des peuples sur les rois.