Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Gaver de vins vendémiaire,
D’épis messidor ; pourvoir
Aux dépenses de lumière
Que fait l’astre chaque soir ;

Peupler l’ombre ; avoir la force,
À travers la terre et l’air,
D’enfler tous les ans l’écorce,
D’enfler tous les jours la mer ;

Ce sont les travaux suprêmes
Des dieux, ouvriers géants
Mirant leurs bleus diadèmes
Dans les glauques océans ;

Ce sont les tâches immenses
Des êtres régnant sur nous,
Tantôt des grandes clémences,
Tantôt des vastes courroux ;

C’est du miracle et du rêve ;
Hier, aujourd’hui, demain,
Ces choses font, depuis Ève,
L’éblouissement humain.

Mais entre tous les prodiges
Qu’entassent dieux et démons,
Ouvrant l’abîme aux vertiges,
Heurtant les foudres aux monts,

C’est l’effort le plus superbe,
C’est le travail le plus beau,
De faire tordre un brin d’herbe
Au bec d’un petit oiseau.