Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/274

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Tous deux sont morts. Plus de haines !
Oh ! ce fut un puissant bruit
Quand se rompirent les chaînes
Qui liaient l’homme à la nuit !

L’homme est l’appareil austère
Du progrès mystérieux ;
Dieu fait par l’homme sur terre
Ce qu’il fait par l’ange aux cieux.

Dieu sur tous les êtres pose
Son reflet prodigieux ;
Créant le bien par la chose,
Créant par l’homme le mieux.

La nature était terrible,
Sans pitié, presque sans jour ;
L’homme la vanne en son crible,
Et n’y laisse que l’amour.

Toutes sortes de lois sombres
Semblaient sortir du destin ;
Le mal heurtait aux décombres
Le pied de l’homme incertain ;

Pendant qu’à travers l’espace
Elle roule en hésitant,
Un flot de ténèbres passe
Sur la terre à chaque instant ;

Mais des foyers y flamboient,
Tout s’éclaircit, on le sent,
Et déjà les anges voient
Ce noir globe blanchissant.