Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/281

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Qu’importe ! croissez, fleurs vermeilles !
Sœurs, couvrez la terre aux flancs bruns.
L’hésitation des abeilles
Dit l’égalité des parfums.

Croissez, plantes, tiges sans nombre !
Du verbe vous êtes les mots.
Les immenses frissons de l’ombre
Ont besoin de tous vos rameaux.

Laissez, broussailles étoilées,
Bougonner le vieux goût boudeur ;
Croissez, et sentez-vous mêlées
À l’inexprimable grandeur !

Rien n’est haut et rien n’est infime.
Une goutte d’eau pèse un ciel ;
Et le mont Blanc n’a pas de cime
Sous le pouce de l’Éternel.

Toute fleur est un premier rôle ;
Un ver peut être une clarté ;
L’homme et l’astre ont le même pôle ;
L’infini, c’est l’égalité.

L’incommensurable harmonie,
Si tout n’avait pas sa beauté,
Serait insultée et punie
Dans tout être déshérité.

Dieu, dont les cieux sont les pilastres,
Dans son grand regard jamais las
Confond l’éternité des astres
Avec la saison des lilas.