Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



III


EN SORTANT DU COLLÈGE.


PREMIÈRE LETTRE.


Puisque nous avons seize ans,
Vivons, mon vieux camarade,
Et cessons d’être innocents ;
Car c’est là le premier grade.

Vivre, c’est aimer. Apprends
Que, dans l’ombre où nos cœurs rêvent,
J’ai vu deux yeux bleus, si grands
Que tous les astres s’y lèvent.

Connais-tu tous ces bonheurs ?
Faire des songes féroces.
Envier les grands seigneurs
Qui roulent dans des carrosses,

Avoir la fièvre, enrager,
Être un cœur saignant qui s’ouvre,
Souhaiter d’être un berger
Ayant pour cahute un Louvre,

Sentir, en mangeant son pain
Comme en ruminant son rêve.
L’amertume du pépin
De la sombre pomme d’Ève ;