Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Être amoureux, être fou,
Être un ange égal aux oies,
Être un forçat sous l’écrou ;
Eh bien, j’ai toutes ces joies !

Cet être mystérieux
Qu’on appelle une grisette
M’est tombé du haut des cieux.
Je souffre. J’ai la recette.

Je sais l’art d’aimer ; j’y suis
Habile et fort au point d’être
Stupide, et toutes les nuits
Accoudé sur ma fenêtre.


8 août.


DEUXIÈME LETTRE.


Elle habite en soupirant
La mansarde mitoyenne.
Parfois sa porte, en s’ouvrant,
Pousse le coude à la mienne.

Elle est fière ; parlons bas.
C’est une forme azurée
Qui, pour ravauder des bas.
Arrive de l’empyrée.

J’y songe quand le jour naît,
J’y rêve quand le jour baisse.