Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Qui le fuit a l’air d’un poltron,
Qui le suit est un imbécile.
Il est jeune, gai, fanfaron,
Leste, vif, pétulant, fossile.

Il hait Voltaire ; il se croit né
Pas tout à fait comme les autres ;
Il sert la messe, il sert Phryné ;
Il mêle Gnide aux patenôtres.

Le ruban perdu, ce muguet
L’a trouvé ; quelle bonne fête !
Il s’en est vanté chez Saguet ;
Moi, je passais par là, tout bête ;

J’analysais, précisément
Dans cet instant-là, les bastilles,
Les trônes, Dieu, le firmament,
Et les rubans des jeunes filles ;

Et j’entendis un quolibet ;
Comme il s’en donnait, le coq d’Inde !
Car on insulte dans Babet
Ce qu’on adore dans Florinde.

Le marquis agitait en l’air
Un fil, un chiffon, quelque chose
Qui parfois semblait un éclair
Et parfois semblait une rose.

Tout de suite je reconnus
Ce diminutif adorable
De la ceinture de Vénus.
J’aime, donc je suis misérable ;