Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Mort ! À mort ! Ainsi hurle un essaim de dragons.
D’affreux chocs ébranlaient la porte sur ses gonds.
— Qu’il meure ! ― Dans les bois, solitude commode,
Ce genre de gaîté fut jadis à la mode.
Schinderhanne a donné de ces charivaris.
Aimable fête ! Aussi, vous le voyez, j’en ris.
Certe, il faudrait que j’eusse une humeur bien sinistre
Pour vouloir qu’un nommé Kerwyn, fils d’un ministre,
Soit dérangé, s’il plaît à ce jeune héros
De me casser la tête en brisant mes carreaux,
Et pour ne pas comprendre, en cet antre où j’habite,
Que le gendarme est pris de surdité subite
Et que le doux sommeil engourdit les sergents
Quand un crime est commis par les honnêtes gens.

17 juin 1871, Vianden.