Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Zénith.

Et tout affirme.


Nadir.

Non !


Zénith.

Le sage, inaccessible à vos vices funèbres,
hommes, est votre phare au milieu des ténèbres.


Nadir.

Socrate était ivrogne et Thalès libertin.


Zénith.

Croyez.


Nadir.

Le vrai pas plus que le beau n’ est certain.
Qui semble un singe aux grecs semble un homme aux osages.


Zénith.

Démocrite, Héraclite étaient les deux visages
du genre humain.


Nadir.

C’ est Jean qui pleure et Jean qui rit.

C’ est toi, Zénith, et moi,

Nadir.


Zénith.

Sinistre esprit,
n’ approche pas ton nom du mien.


Nadir.

Bah !


Zénith.

Tais-toi, fange !


Nadir.

Monsieur, je suis un diable et vous êtes un ange ;
mais quand vous vous fâchez de la gaîté que j’ ai,
je rêve que quelqu’ un vous a pris votre g.