Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Nella.

Ami !


George.

Mon âme est franche et mon destin est louche.


Nella.

George !
Le duc Gallus fait des efforts pour voir Nella sans y parvenir.
Le duc gallus, à part.
Entendre la voix, c’est presque voir la bouche.
C’est égal. Maudit mur !


George.

Ah ! Sort infortuné !
Pourquoi suis-je puni ? Parce que je suis né.
Il fallait naître noble. Hélas, le grain de sable
est-il de son néant coupable et responsable ?
Ah ! Quel accablement ! J’aime au-dessus de moi.


Nella.

Mon George !


George.

J’ai le cœur trop haut !


Nella.

Tu serais roi,
t’aimerais-je mieux ?


George.

Non. Mais tu serais ma femme.


Nella.

George, dites-moi vous. Ne troublez pas mon âme.
Vous serez le mari, ne soyez pas l’amant !
Respectez-moi.


George.

Nella, laissez-moi seulement
déposer un baiser sur votre main.