Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/222

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


la Prusse est en colère,
l’Autriche n’est pas claire,
qu’ils s’en aillent lanlaire.
Commère,
les bœufs aux champs !
ô belle bocagère,
va couper la fougère,
ôte tes bas, bergère,
les sentiers sont bourbeux.
Commère,
aux champs les bœufs !
Zabeth en entrant jette sur un fauteuil sa faille et son manchon
. Elle tire du
manchon son éventail et le pli que lui a remis Sillette à sa
sortie. Gallus la
salue d’un signe de tête, et Gunich d’une profonde révérence.
Gallus se met à causer avec le docteur. Les jeunes gens entourent Zabeth.


Lord Effingham.

Vous avez là, marquise, une mouche assassine.


Le duc de Montbazon.

Mes enfants, mon talent à moi, c’est la cuisine.


Zabeth.

De là ce cordon bleu.
Le vicomte de thouars.
J’arrive du sermon.
L’abbé, posant la guitare sur un pliant.
Je n’y vais plus. On dit trop de mal du démon.
On exagère.
Le vicomte.
Oh oui ! L’abbé Maury, du reste,
tonne agréablement. Voltaire, Oedipe, Oreste,
la vierge d’Orléans, les juifs, les mécréants…


Zabeth.

Qu’est-ce que c’est que ça, la vierge d’Orléans ?