Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/226

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Zabeth.

Comment les trouvez-vous ?
Gallus, les parcourant négligemment.
Mauvais.


Zabeth.

Vous les trouveriez bons si vous les aviez faits.


Gallus.

Dieu m’en garde.


Zabeth.

Ces vers sont jolis.


Gallus.

Plats.


Zabeth.

Vous êtes
contrariant.


Gallus.

Des vers d’amour sont toujours bêtes.
L’abbé se remet à flairer les roses de Chine.
L’abbé, se retournant vers zabeth.
Beau bouquet ?
Le docteur, à zabeth.
Qui vous l’a donné ?
Zabeth, montrant le bouquet à gallus.
Qu’en dites-vous ?


Gallus.

C’est un de ces bouquets qu’on a pour trente sous
chez la fleuriste au coin du pavillon d’Hanovre.
L’abbé, admirant les diamants.
Bel écrin !


Zabeth.

Je ne sais qui me l’envoie.