Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/233

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Phébus, si cet orchestre à ma guise marchait,
ne serait pas de trop pour en tenir l’archet.
Morbleu ! Je n’entends pas que l’ennui vous assomme.
Je vous protège, moi. Marquise, un galant homme
prend une femme en gré, sans être un songe-creux,
sans être pour cela forcé d’être amoureux,
et, gaîment, au-dessus des misères, l’enlève.
Les besoins de la vie et les besoins du rêve
se tiennent ; c’est la robe avec le falbala.
J’ai tâché de comprendre à peu près tout cela,
et je prétends, c’est là ma façon d’être tendre,
vous préserver de tout et de tout vous défendre.
Zabeth, regardant gallus fixement.
Désirez-vous savoir la vérité ?


Gallus.

Fort peu.


Zabeth.

Je vous ruine.


Gallus.

Après ?


Zabeth.

Je vous trompe.


Gallus.

Parbleu !

Il découpe une aile de perdrix et l’offre à

Zabeth.

Des amants, c’est de droit. Moi, par-dessus la tête
j’en aurais, si j’étais femme, et, comme c’est bête !
ça n’empêcherait pas que je n’aime quelqu’un.
Trompez-moi. Je n’ai pas le goût d’être importun
et jaloux, ni le temps d’être amoureux et fade.
Et ruinez-moi. J’aime avoir une naïade,
une femme, chez moi, qui, d’un air négligent,
penche l’urne d’où coule à grands flots mon argent.