Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Tu n’égaleras point ces reptiles étranges
Dont l’œil aux soupiraux de l’enfer est pareil.
Tu demeureras laid, faible et mou. Le soleil
Dédaigne le lézard, candidat crocodile.

Sois un cœur monstrueux, mais reste une âme vile.