Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Se penche le malheur, lapidaire de l’âme.

Oui, tel est le poète aujourd’hui. Grands, petits,
Tous dans Pan effaré nous sommes engloutis.
Et ces secrets surpris, ces splendeurs contemplées,
Ces pages de la nuit et du jour épelées,
Ce qu’affirme Newton, ce qu’aperçoit Mesmer,
La grande liberté des souffles sur la mer,
La forêt qui craint Dieu dans l’ombre et qui le nomme,
Les eaux, les fleurs, les champs, font naître en nous un homme
Mystérieux, semblable aux profondeurs qu’il voit.
La nature aux songeurs montre les cieux du doigt.
Le cèdre au torse énorme, athlète des tempêtes,
Sur le fauve Liban conseillait les prophètes,
Et ce fut son exemple austère qui poussa
Nahum contre Ninive, Amos contre Gaza.
Les sphères en roulant nous jettent la justice.
Oui, l’âme monte au bien comme l’astre au solstice ;
Et le monde équilibre a fait l’homme devoir.
Quand l’âme voit mal Dieu, l’aube le fait mieux voir.
La nuit, quand Aquilon sonne de la trompette,
Ce qu’il dit, notre cœur frémissant le répète.
Nous vivons libres, fiers, tressaillants, prosternés,
Éblouis du grand Dieu formidable ; et, tournés
Vers tous les idéals et vers tous les possibles,
Nous cueillons dans l’azur les roses invisibles.
L’ombre est notre palais. Nous sommes commensaux
De l’abeille, du jonc nourri par les ruisseaux,
Du papillon qui boit dans la fleur arrosée.
Nos âmes aux oiseaux disputent la rosée.
Laissant le passé mort dans les siècles défunts,
Nous vivons de rayons, de soupirs, de parfums,
Et nous nous abreuvons de l’immense ambroisie
Qu’Homère appelle amour et Platon poésie.
Sous les branchages noirs du destin, nous errons,
Purs et graves, avec les souffles sur nos fronts.