Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Vous naissez du sépulcre, et l’on sent que l’augure
Et le devin son pleins de l’ombre du tombeau,
Et que tous ces rêveurs, compagnons du corbeau,
Tous ces fakirs d’Ombos, de Stamboul et de Rome,
N’ont pu faire tomber tant de fables sur l’homme
Qu’en secouant les plis sinistres des linceuls.

Dieu n’étant aperçu que par les astres seuls,
Les penseurs, sachant bien qu’il est là sous ses voiles,
Ont toujours conseillé d’en croire les étoiles ;
Dieu, c’est un lieu fermé dont l’aurore a la clé,
Et la religion, c’est le ciel contemplé.

Mais vous ne voulez pas, prêtres, de cette église.
Vous voulez que la terre en votre livre lise
Tous vos songes, moloch, Vénus, Ève, Astarté,
Au lieu de lire au front des cieux la vérité.
De là la foi changée en crédulité ; l’âme
Éclipsant la raison dans une sombre flamme ;
De là tant d’êtres noirs serpentant dans la nuit.

L’imposture, par qui le vrai temple est détruit,
Est un colosse fait d’un amas de pygmées ;
Les sauterelles sont d’effrayantes armées ;
Ô mages grecs, romains, payens, indous, hébreux,
Le genre humain, couvert de rongeurs ténébreux,
Sent s’élargir sur lui vos hordes invisibles ;
Vous lui faites rêver tous les enfers possibles ;
Le peuple infortuné voit dans son cauchemar
Surgir Torquemada quand disparaît Omar.
Nul répit. Vous aimez les ténèbres utiles,
Et vous y rôdez, vils et vainqueurs, ô reptiles !
Sur toute cette terre, en tous lieux, dans les bois,
Dans le lit nuptial, dans l’alcôve des rois,
Dans les champs, sous l’autel sacré, dans la cellule,
Ce qui se traîne, couve, éclôt, va, vient, pullule,
C’est vous. Vous voulez tout, vous savez tout ; damner,