Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



 
Muse, un nommé Ségur, évêque, m’est hostile ;
Cet homme violet me damne en mauvais style ;
Sa prose réjouit les hiboux dans leurs trous.
Ô Muse, n’ayons point contre lui de courroux.
Laissons-lui ce joujou qu’il prend pour un tonnerre,
Sa haine.

                    Il est d’ailleurs à plaindre. Au séminaire,
Un jour que ce petit bonhomme plein d’ennui
Bêlait un oremus au hasard devant lui,
Comme glousse l’oison, comme la vache meugle,
Il s’écria : ― Mon Dieu ! Je voudrais être aveugle ! ―
Ne trouvant pas qu’il fît assez nuit comme ça.
Le bon Dieu, le faisant idiot, l’exauça.

L’insulte est aujourd’hui très perfectionnée.
On prend un peu de suie en une cheminée,
Un peu d’ordure au coin d’une borne, à l’égoût
De la fange, et cela tient lieu d’esprit, de goût,
De bon sens, de syntaxe et d’honneur ; c’est la mode.
Bons ulémas, tel est le procédé commode
Que votre zèle met au service du ciel,
Et c’est avec la bouche écumante de fiel,
Avec la diatribe en guise de sourire,
Que vous venez, damnant ceux qu’on n’ose proscrire,
Nous faire vos gros yeux, nous montrer vos gros poings,
Nous dire vos gros mots, ô nos chers talapoins !

On vous pardonne. Eh bien, quoi, Ségur m’exorcise.
Après ?

                    Il me maudit d’une façon concise ;
Il me peint de son mieux, et voici le pastel