Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Rêve, écoute, et devienne un bon homme en songeant,
Qu’il regarde passer les vivants, qu’il les pèse,
Et qu’au lieu de l’aigrir, ce spectacle l’apaise.
Ainsi soit-il.

                          Et puis, allons au fait. Voyons,
Suis-je correct ? L’hostie avec tous ses rayons
M’éblouit-elle autant que le soleil ? Ce prêtre
Me voit-il le dimanche à sa messe apparaître ?
Ai-je même jamais fait semblant de vouloir
Lui conter mes péchés tous bas dans son parloir ?
Quand suis-je allé chez lui, reniant ma doctrine,
Me donner de grands coups de poing dans la poitrine ?
Je suis un endurci. Ségur s’en aperçoit.
Je suis athée au point de douter que Dieu soit
Charmé de se chauffer les mains au feu du diable,
Qu’il ait mis l’incurable et l’irrémédiable
Dans l’homme, être ignorant, faible, chétif, charnel,
Afin d’en faire hommage au supplice éternel,
Qu’il ait exprès fourré Satan dans la nature,
Et qu’il ait, lui, l’auteur de toute créature,
Pouvant vider l’enfer et le fermer à clé,
Fait un brûleur, afin de créer un brûlé ;
Que les mille soleils dont là-haut le feu tremble
Se mettent un beau jour à tomber tous ensemble,
J’en doute ; et quand je vois, au fond du zénith bleu,
Les sept astres de l’Ourse allumés, je crois peu
Que jamais le plafond céleste se délabre
Jusqu’à ne pouvoir plus porter ce candélabre.
Je sais que dans la bible on trouve ce cliché,
La Fin du Monde ; mais la science a marché.
Moïse est vieux ; est-il sur terre un quadrumane
Qui lève au ciel les yeux pour voir pleuvoir la manne ?
Je trouve par moments plus d’esprit, je le dis,
Aux singes d’à présent qu’aux hommes de jadis.
Pape, Dieu, ce n’est pas le même personnage.
J’aime la cathédrale et non le moyen-âge.