Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Qu’est-ce qu’un dogme, un culte, un rite ? Un objet d’art.
Je puis l’admirer ; mais s’il égare un soudard,
S’il grise un fou, s’il tue un homme, je l’abhorre.
Plus d’idole ! Et j’oppose à l’encens l’ellébore.
Quand une abbesse, à qui quelque nonne déplaît,
Lui fait brouter de l’herbe à côté d’un mulet,
J’ose dire que c’est mal nourrir une femme ;
J’admire un arbre en fleurs plus qu’un bûcher en flamme ;
Je suis peu furieux ; j’aime Voltaire enfin
Mieux que saint Cupertin et que saint Cucufin,
Et je préfère à tout ce que dit saint Pancrace,
Saint Loup, saint Labre ou saint Pacôme, un vers d’Horace.
Tels sont mes goûts. Je suis incorrigible. Et quand
Floréal, comme un chef qui réveille le camp,
Met les nids en rumeur, et quand mon vers patauge,
Éperdu, dans le thym, la verveine et la sauge,
Quand la plaine est en joie, et quand l’aube est en feu,
Je crois tout bonnement, tout bêtement en Dieu.

En même temps j’ai l’âme âprement enivrée
Du sombre ennui de voir tant d’hommes en livrée,
Tant de deuils, tant de fronts courbés, tant de cœurs bas,
Là, tant de lits de pourpre, et là, tant de grabats.
Mon Dieu n’est ni payen, ni chrétien, ni biblique ;
Ce Dieu-là, je l’implore en la douleur publique ;
C’est vers lui que je suis tourné, vieux lutteur las,
Quand je crie au milieu des ténèbres : — Hélas !
Sur la grève que bat toute la mer humaine,
Grève où le flux apporte, où le reflux remmène
Les flots hideux jetant l’écume aux alcyons,
Qui donc apportera dans l’ombre aux nations
Ou l’éclair de Paris ou le rayon de France ?
Qui donc rallumera ce phare, l’espérance ? ―

Donc j’ai ce grave tort de n’être point dévot ;
Je ne le suis pas même au parti qui prévaut ;
Je n’aime pas qu’après la victoire on sévisse ;