Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


C’est affreux, je pardonne ; et je suis au service
Des vaincus ; et, songeant que ma mère aux abois
Fut jadis vendéenne, en fuite dans les bois,
J’ose de la pitié faire la propagande ;
Je suis le fils brigand d’une mère brigande.
Être clément, c’est être atroce ; ou pour le moins,
Stupide. Je le suis, toujours, devant témoins,
Partout. Les autres sont les vautours ; je suis l’oie.
Oui, quand la lâcheté publique se déploie,
Il me plaît d’être seul et d’être le dernier.
Quand le væ victis règne, et va jusqu’à nier
La quantité de droit qui reste à ceux qui tombent,
Quand, nul ne protestant, les principes succombent,
Cette fuite de tous m’attire. Me voilà.

Comment veut-on qu’un prêtre accepte tout cela !

Novembre.