Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/93

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




XXX

IDOLÂTRIES ET PHILOSOPHIES.


 
La philosophie ose escalader le ciel.
Triste, elle est là. Qui donc t’a bâtie, ô Babel ?
Oh ! quel monceau d’efforts sans but ! quelles spirales
De songes, de leçons, de dogmes, de morales !
Ruche qu’emplit de bruit et de trouble un amas
De mages, de docteurs, de papes, de lamas !
Masure où l’hypothèse aux fictions s’adosse,
Ayant pour toit la nuit et pour cave la fosse ;
Bleus portiques béants sur les immensités,
De tous les tourbillons des rêves visités ;
Vain fronton que le poids de l’infini déprime,
Espèce de clocher sinistre de l’abîme
Où bourdonnent l’effroi, la révolte, et l’essaim
De toutes les erreurs sonnant leur noir tocsin !
Et, comme, de lueurs confusément semées,
Par les brèches d’un toit s’exhalent des fumées,
Les doctrines, les lois et les religions,
Ce qu’aujourd’hui l’on croit, ce qu’hier nous songions,
Tout ce qu’inventa l’homme, autel, culte ou système,
Par tous les soupiraux de l’édifice blême,
À travers la noirceur du ciel morne et profond,
Toutes les visions du genre humain s’en vont,
Éparses, en lambeaux, par les vents dénouées,
Dans un dégorgement livide de nuées.

Temple, atelier, tombeau, l’édifice fait peur.
On veut prendre une pierre, on touche une vapeur.
Nul n’a pu l’achever. Pas de cycle ni d’âge
Qui n’ait mis son échelle au sombre échafaudage.
Qui donc habite là ? C’est tombé, c’est debout ;
C’est de l’énormité qui tremble et se dissout ;
Une maison de nuit que le vide dilate.