Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Tout prend un hideux langage ;
Le roulis parle au tangage,
La hune au foc ;
L'un dit: -L'eau sombre se lève.
L'autre dit: -Le hameau rêve
Au chant du coq.

C'est un vent de l'autre monde
Qui tourmente l'eau profonde
De tout côté,
Et qui rugit dans l'averse ;
L'éternité bouleverse
L'immensité.

C'est fini. La cale est pleine.
Adieu, maison, verte plaine,
Âtre empourpré !
L'homme crie : ô Providence !
La mort aux dents blanches danse
Sur le beaupré.

Et dans la sombre mêlée,
Quelque fée échevelée,
Urgel, Morgan,
À travers le vent qui souffle,
Jette en riant sa pantoufle
À l'ouragan.

2 février 1854.