Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




Nuit, tu me fais l'effet ce soir, ô nuit glacée,
D'avoir quelque mauvaise et lugubre pensée;
Tu t'avances sans lune, et sans souffle, et sans bruit;
Est-ce donc que tu veux trahir, ô sombre nuit,
Et saisir brusquement dans l'ombre, et, toi qui lâches
Tous les êtres méchants et tous les êtres lâches,
Livrer à quelqùe bec noir; sinistre, enflammé,
L'oiseau qui dort, et qui, confiant, l'oeil fermé,
Son aile recouvrant sa tête délicate,
Tient le tremblant rameau du bon Dieu dans sa patte?

23 mai 1855. ==