Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/134

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Et je respirerai l'odeur-des liserons,
Et l'ombre sera tiède, et nous mépriserons
Ensemble au fond des bois, ô nymphes de Sicile,
Barbey d'Aurevilly; l'effroyable imbécile.

8 mai. == XXX