Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


7.

XLII Qui donc mêle au néant de l'homme vicieux



Qui donc mêle au néant de l'homme vicieux
Des vertus de la terre et des lueurs des cieux?
Flambant la nuit plein de ramée,
Ton âtre te ressemble, homme, énigme sans mot;
Les étincelles sont dans sa cendre, et, là-haut,
Les étoiles dans sa fumée.

XLIII O RUS?