Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L'ange en passant te fait des signes;
Les lions te suivent des yeux;
Et, comme sept immenses lignes
S'allongeant de la terre aux cieux,
On voit, grâce à toi qui sais lire
Dans le coeur des hommes mouvants,
L'ombre des cordes de la lyre
Sur tout ce que font les vivants.

10 avril 1876