Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


De la sombre passante, Isis au voile noir ;
Tout devient le soupçon quand Rien est lè savoir ;
Pour Lucrèce, le dieu, pour Job, le kéroubime
Mentaient ; on soupçonnait de trahison l’abîme ;
On croyait le chaos càpable d’engendrer
La femme, pour nous plaire et pour nous enivrer,
Et pour faire monter jusqu’à nous sa fumée ;
La Sicile, la Grèce étrange, l’Idumée,
L’Iran, l’Egypte et l’Inde, étaient des lieux profonds ;
Qui sait ce que les, vents, les brumes, les typhons
Peuvent apporter d’ombre à l’âme féminine ?
Les tragiques forêts de la chaîne Apennine,
La farouche fontaine épandue à longs flots
Sous l’Olympe, à travers les pins et les bouleaux,
L’antre de Béotie où dans l’ombre diffuse
On sent on ne sait quoi qui s’offre et se refuse,
Chypre et tous ses parfums, Delphe et tous ses rayons,
Lé lys que nous cueillons, l’azur que nous voyons,
Tout cela, c’est auguste, et c’est peut-être infâme.
Tout, à leurs yeux, était sphinx, et quand une femme
Venait vers eux, parlant avec sa douce voix,
Qui sait ? peut-être Hermès et Dédale, les bois,
Les nuages, les eaux, l’effrayante Cybèle,
Toute l’énigme était mêlée à cette belle.

L’univers aboutit à ce monstre charmant.
La ménade est -déjà presque un commencement
De la femmè-chimère, et d’antiques annales
Disent qu’avril était le temps des bacchanales,
Et que la liberté de ces fêtes s’accrut
Des fauves impudeurs de la nature en rut ;
La nature partout donne. l’exemple énorme
De l’accouplement sombre où l’âme étreint la forme ;
La rose est une fille ; et ce qu’un papillon
Fait à la plante, est fait au grain par le sillon.
La végétation terrible est ignorée.
L’horreur des bois unit Flore avec Briarée,