Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Non, rien ne nous dira ce que peut être au fond
Cet être en qui Satan avec Dieu se confond :
Elle résume l’ombre énorme en son essence.
Les vieux payens croyaient à la toute-puissance
De l’abîme, du lit sans fond, de l’élément ;
Ils épiaient la mer dans son enfantement ;
Pour eux, ce qui sortait de la tempête immense,
De toute l’onde en proie aux souffles en démence
Et du vaste flot vert à jamais tourmenté,
C’était le divin sphinx féminin, la Beauté,
Toute nue, infernale et céleste, insondable, -
Ô gouffre ! et que peut-on voir de plus formidable,
Sous les cieux les plus noirs et les plus inconnus,
Que l’océan ayant pour écume Vénus !