Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/178

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


VII À CEUX QUI FONT DE PETITES FAUTES

Sois avare du moindre écart d’honnêteté. -
Sois juste en détail. Voir des deuils, rire à côté,

4 juin.

Mentir pour un plaisir, tricher pour un centime,
Cela ne te fait rien perdre en ta propre estime,
Eh bien, prends garde. Tout finit par s’amasser ;
Des choses que tu fais presque sans y penser,.
Vagues improbités parfois inaperçues
De toi-même, te font tomber, sont des issues
Sur le mal, et par là tu descends dans la nuit.
Un lourd câble est de fils misérables construit ;
Qu’est-ce que l’océan ? une onde après une onde ;
Un ver creuse un abîme, un pou construit un monde ;
C’est brin à brin que l’aigle énorme fait son nid ;
Un tas de petits faits peu scrupuleux finit
Par faire le total d’une action mauvaise.
Et d’atome en atome on empire, et l’on pèse,
Souvent, quand vient le jour du compte solennel,
En n’étant qu’imprudent, le poids d’un criminel.
Homme, la conscience est une minutie.
L’âme est plus aisément que l’hermine, noircie.
Le vrai sans s’amoindrir toujours partout entra.
Ne crois pas que jamais, parce qu’on les mettra
Dans les moindres recoins de l’âme, on rapetisse
La probité, l’honneur, le droit et la justice.